Néron, traversée nord-sud de l’arête via une boucle depuis Ripaillère

Panorama du Néron et de Grenoble en arrière plan

L’idée de départ était juste de prendre un café…

Finalement, changement de plan, j’ai 15 minutes pour trouver une randonnée de 3h max pas trop loin de Grenoble. N’étant sur Grenoble que depuis peu, c’est un beau défi !

Vu le délai un peu court pour choisir et pour regarder quel parcours faire, je m’arrête rapidement sur l’option du Néron. Sur le papier la distance est très courte (une boucle de 7km depuis la Ripaillère), le dénivelé pas trop important (de l’ordre de 6-700m de D+) et le lieu de départ est proche de Grenoble. En plus, cela fait un moment que j’ai envie d’aller y faire un tour. Ce sommet est tout de même plus attirant que le Mont Rachais pas très loin.

Je n’ai donc pas trop de mal pour convaincre mon acolyte d’aller y faire un tour.

On part donc la fleur au fusil affronter ce Néron.

En route vers Ripaillère

Je profite que ma camarade dispose d’une voiture pour m’aventurer un peu plus loin que d’habitude. Depuis Grenoble, direction le col de Clémencières et on tourne à gauche juste après Lévetière. On arrive dans le hameau et se gare où on peut. Il est 14h lorsqu’on démarre… je vous le disais, la fleur au fusil…

Cheminement autour de Ripaillère

Afin de ne pas marcher sur la route, on emprunte un chemin en direction sud-ouest qui bifurque rapidement en direction du nord. Ce chemin n’est manifestement pas très fréquenté mais néanmoins on y trouve du balisage. En poursuivant, on se retrouve sur le chemin qui va dans le prolongement de la route. Vient ensuite un croisement où on part par le chemin de gauche. Chemin vers lequel aucun panneau ne pointe… On est cependant confiant car il y a un balisage bleu sur presque tous les arbres au début de ce chemin.

Ici encore, on se retrouve sur un chemin peu fréquenté ! La végétation est souvent envahissante et on est content de ne pas être passé par là en plein été !

Montée par le couloir de Clémencières

Plus loin, on arrive à un autre embranchement avec un cairn au milieu du chemin. Une flèche est gravée dans un arbre sur lequel sont peints 3 noms de personnes étant passées par là en avril 2018.

Montée vers et dans le couloir de Clémencières
Montée vers et dans le couloir de Clémencières

Nous suivons la flèche, direction ouest. D’après l’excellente application “Maps.Me”, il s’agit du couloir Clémencières. Cette partie de la montée est rude, pas loin de 60% par endroit et un bon 50% de moyenne jusqu’à la grotte du Colonel Brun. On monte en effet de 270m de dénivelé en à peine 540m. Cette montée s’avère finalement un bon test pour ce qui va suivre. Si vous avez du mal à monter par là, il vaut mieux faire demi-tour rapidement car la suite risque de ne pas vous plaire.

Vue sur Chamechaude, Belledonne et un petit château depuis le couloir de Clémencières
Vue sur Chamechaude, Belledonne et un petit château depuis le couloir de Clémencières

Par endroit, il y a même quelques troncs qu’il s’agit d’enjamber. Avec une pente glissante (de terre et/ou de cailloux), ça n’est pas si évident qu’il n’y parait.

Il vaut mieux faire attention et ne pas être trop nombreux car vu la pente et le terrain instable, il est fréquent de faire rouler quelques pierres. On arrive à une première bifurcation en haut de la partie raide et nous prenons à droite. Le terrain devient un peu moins raide et on arrive rapidement sur l’arête. On visite un peu le coin à la recherche de l’entrée de la fameuse grotte. Le colonel Brun, un conspirateur banni, s’y serait réfugié en 1816.

Quelques accès de la grotte du Colonel Brun
Quelques accès de la grotte du Colonel Brun

Je ne sais pas s’il a vraiment habité les lieux et combien de temps mais ce qui est certain c’est que l’accès n’est pas très engageant… Il devait être tranquille !

On arrive à la grotte après 2h de montée plutôt lente. On en profite pour faire une pause déjeuner… oui, à 16h, je ne vois pas le problème ? 😉

Grandes sauterelles. Quelqu'un connait l'espèce, je n'en avais jamais vu des pareilles...
Grandes sauterelles. Quelqu’un connait l’espèce, je n’en avais jamais vu des pareilles…

 

L’arête du Néron du Nord au Sud

Si vous avez peur du vide ou n’êtes pas à l’aise sur des sentiers aériens, je vous déconseille fortement de passer par là. De plus, il y a quelques pas d’escalade sur cette arête. Ils sont relativement faciles mais il vaut mieux ne pas tomber, l’issue pourrait être fatale.

On repart vers 16h40. Depuis la grotte, il y a environ 2,5 km à parcourir sur l’arête. La première partie est faite de montées et de descentes sur le fil de l’arête et il faut attendre près d’un kilomètre d’arête pour vraiment commencer à perdre de l’altitude. La vue dans le sens Nord-Sud est vraiment magnifique. En plus, on est gâté par le temps, on a un beau soleil et la vue sur Grenoble et les montagnes alentours est sublimée.

Passage délicat avec quelques pas d'escalade en début d'arête
Passage délicat avec quelques pas d’escalade en début d’arête

 

Vue depuis le sommet nord du Néron
Vue depuis le sommet nord du Néron

 

Vue vers le nord sur l'arête du Néron
Vue vers le nord sur l’arête du Néron

 

Autres passages aériens sur l'arête du Néron
Autres passages aériens sur l’arête du Néron

 

Joli passage en désescalade dans une rampe à 45°
Joli passage en désescalade dans une rampe à 45°

De manière générale, l’arête n’est pas dure mais il faut être concentré car c’est fort exposé par endroit. Comme on est parti la fleur au fusil, on a bien entendu rien prévu pour s’assurer, il faut donc être d’autant plus attentif.

Ma camarade qui n’a fait qu’un stage d’alpinisme de 3 jours cet été et n’a jamais vraiment fait d’escalade se débrouille heureusement assez bien. Nous avançons cependant très lentement.

On parvient néanmoins à terminer l’arête avant la tombée de la nuit !

Coucher de soleil sur un passage aérien de l'arête du Néron
Coucher de soleil sur un passage aérien de l’arête du Néron

 

Coucher de soleil sur la fin de l’arête du Néron

On passe le passage de la rampe vers 18h20, le belvédère Lucky Luke vers 19h et on arrive au camp romain vers 19h30. La descente sur le flanc est se fera donc de nuit ! Heureusement, on a été prévoyant, on a au moins une lampe frontale pour 2 !

Belvédère Lucky Luke
Belvédère Lucky Luke

 

Pendant qu'on randonne, d'autres s'ennuient dans les bouchons grenoblois
Pendant qu’on randonne, d’autres s’ennuient dans les bouchons grenoblois

 

Début de nuit sur Grenoble, les lumières s'allument
Début de nuit sur Grenoble, les lumières s’allument

 

Descente nocturne par la passerelle Hippolyte Muller

Depuis le camp romain, on arrive rapidement à la passerelle Hippolyte Muller et à la vire romaine. Cette vire dispose d’un câble qui fait office de main courante sur environ 100m. Visiblement, il y a du gaz en dessous de nous mais comme on est à la lueur de la frontale, on distingue assez mal le côté vertigineux de l’endroit. Ce qui n’est peut-être pas si mal et nous permet d’avancer rapidement et sans crainte.

Descente nocturne sur la vire romaine
Descente nocturne sur la vire romaine

Après ce petit passage, on descend dans les bois, il fait encore plus sombre. On est content de disposer d’une lampe frontale… Arrivés à une croisée de chemin, on ne distingue pas trop le chemin, sur la gauche, qu’on aurait dû prendre pour rejoindre directement notre point de départ. Pour éviter de se perdre dans le bois à chercher un chemin peu visible, on opte pour la sagesse. On prend le chemin qui descend sur la droite en direction de Narbonne afin de rejoindre une route secondaire. On remonte ensuite cette route jusqu’à Ripaillère.

Finalement, la voiture est atteinte à 21h ! Pour une balade courte de 3h, on s’est un peu loupé… Par contre pour la vue et le paysage et même le parcours, on n’a pas regretté cette boucle sur le Néron !

Infos pratiques

Pour ceux qui aiment les petites infos pratiques, nous avons mis 6h48 pour parcourir les 8,5 km de la boucle.Le dénivelé positif et négatif est de 955m d’après mon GPS. Vous trouverez par ailleurs ci-dessous la trace GPS que nous avons effectuée. On peut y voir en rouge les zones montantes, en vert les zones descendantes et en bleu les zones plates.

Trace GPS de notre parcours
Trace GPS de notre parcours